[Weblettre N°4] Relations Réseau FIGURE – Entreprises

Des CMI adaptés à un contexte économique particulier

Les entreprises, notamment du fait de la révolution digitale en marche, sont conduites à transformer à grande vitesse leurs modèles d’affaires, leurs modèles économiques, leurs organisations, leurs modes de management. Ainsi, comme chacune et chacun peut l’observer, aucune entreprise n’est à l’abri de l’émergence d’un acteur qui remette en cause sa position. Ces transformations ne sont pas d’une nature particulière si on les compare à celles impliquées par l’apparition des précédentes révolutions industrielles, dont on sait qu’elles ont modifié en profondeur l’organisation même des entreprises et au-delà de la société. Mais la vitesse de transformation n’a jamais été si grande et pose donc des questions particulières.
De ce point de vue, les CMI qui ont pour objet même de former des cadres techniques qui porteront l’innovation au sein de leurs organisations, doivent être particulièrement en pointe sur ce sujet. Pour accéder à un couplage de qualité entre la dynamique des entreprises et celles des formations, les actions doivent être multiformes et se concevoir à toutes les échelles.

Des relations entreprises à toutes les échelles

L’échelle du réseau Figure
Un certain nombre de questions fondamentales posées aux formations doivent être traitées au niveau national. On pense au profil général du diplômé CMI, à la place du numérique dans les formations, à la transformation de certains types de métiers sous l’impact du numérique à l’évolution des modes d’organisation dans les entreprises, au développement de l’alternance, aux modes de collaboration avec les entreprises…

L’échelle de l’université
Chaque CMI est placé au croisement d’une double appartenance, celle du réseau Figure et celle de son université. De ce point de vue, chaque CMI du point de vue des relations entreprises se développe dans le cadre de la politique de l’université. Mais sa double appartenance lui permet de faire profiter le réseau des initiatives prises par l’université en alimentant les réflexions nationales au sein du réseau Figure et à l’inverse de profiter de la dynamique collective au sein du réseau pour améliorer les capacités d’action au niveau local.

L’échelle du CMI
Le conseil de perfectionnement tripartite est un ingrédient essentiel sur lequel bâtir l’avenir. Il doit traiter globalement de l’interface entre le CMI – et son environnement laboratoire – et le milieu économique. C’est la raison pour laquelle doivent être évoqués en son sein l’ensemble des modes de collaboration possibles.
On peut citer le projet étudiant, le stage, l’alternance, l’accompagnement de l’entreprise dans une mutation technologique, l’étude de court terme, l’étude de moyen ou long terme (typiquement doctorat).

L’échelle de l’enseignant-chercheur
Chaque enseignant-chercheur intervenant en CMI peut être appelé à suivre un projet, un stage, d’un étudiant en lien avec une entreprise. Cette occasion doit être saisie pour nourrir la relation avec les entreprises. Ce peut être dans un premier temps très léger avec par exemple un simple entretien téléphonique visant à comprendre l’attente de l’entreprise et à expliciter ce qu’est le CMI, ainsi que l’offre globale potentielle. Un conducteur fourni peut aider l’enseignant pour cet entretien.
L’ensemble de ces données doit intégrer une base de données de type CRM, à concevoir avec souplesse en fonction des pratiques de l’université.

L’échelle de l’étudiant
Chaque étudiant a des interfaces obligatoires avec l’entreprise (projets, stages) ; il s’agit donc à la fois d’un demandeur de premier niveau d’une relation entreprises mais tout autant d’un vecteur essentiel de cette relation.

Actions en cours
Le travail entamé depuis l’élection du nouveau président en janvier 2018 a pour objectif de renforcer la dynamique collective en lien étroit avec les évolutions des entreprises. Il s’est basé sur une enquête préliminaire qui a eu pour objet de réaliser une photographie la plus fidèle possible de la situation, et de construire sur cette base un dispositif adapté et efficace.
A cet effet un groupe chargé des relations avec les entreprises a été constitué dès avril 2018, avec une représentation à la fois des responsables inter CMI, du groupe OSEC, des collègues et des étudiants. Ce groupe prépare pour l’assemblée générale du réseau Figure qui aura lieu début octobre 2018 un plan d’action, qui sera alors dévoilé pour une mise en œuvre à la fois de court de terme et dans la durée.
Quelques éléments saillants ressortent de ces premiers travaux :
– Besoin d’une communication simple, claire et adaptée aux interlocuteurs au sein des entreprises ;
– lancement de quelques actions vis-à-vis des entreprises (ex parrainage, forum…) ;
– besoin de mettre en place un outil de gestion de la relation avec les entreprises, permettant de tracer au sein du réseau toutes les actions conduites avec chaque entreprise ;
– constitution d’une base de données de donnée de CV des étudiants.

La démarche engagée, ainsi que la précision des éléments qui précèdent, feront l’objet d’une communication ciblée au sein du réseau Figure, de manière à ce que chacune et chacun puisse intervenir et/ou apporter ses idées.

Laurent CARRARO (​​​​​​​​​Juin 2018)

Recherche

Menu principal

Haut de page