[Weblettre N°3] Projet intégrateur en Informatique… Strasbourg

La première promotion d’étudiants des CMI d’informatique de l’Université de Strasbourg s’est confrontée, au printemps 2017, à l’exercice du projet intégrateur.

L’objectif semblait simple : concevoir et développer un jeu en 3D, multi-joueurs, en réseau. Sur le plan technique, l’exercice imposait l’utilisation d’équipements mobiles ou contraints (tablettes tactiles, Raspberry Pi) et, pour opérer les déplacements et les actions dans le jeu proprement dit, de Leap Motion [1], dispositifs de reconnaissance des mouvements des mains. Le développement du projet nécessitait donc de mettre en œuvre des compétences liées aux moteurs de jeux 3D, à la programmation, aux systèmes, aux réseaux, mais aussi aux bases de données.

Outre les compétences en informatique, le projet requérait également l’intégration de notions liées aux enseignements OSEC. Tout d’abord, la mise en œuvre d’une gestion de projet efficace : planification, gestion des ressources et des personnes… les ingrédients indispensables afin de mener à bien un projet d’ampleur en gérant une équipe de plus de dix personnes ayant des compétences propres. Le challenge consistait à faire communiquer et travailler ensemble des étudiants du CMI « image » [2] et du CMI « systèmes et réseaux » [3], mêlés dans chacune des équipes. D’autre part, le projet incluait une composante liée à la communication : une réflexion sur le packaging, une étude de marché et des supports de communication pour la preuve de concept.

 

 

 

La première équipe a développé « The Fix », jeu de tir à la première personne confrontant plusieurs avatars dans un environnement virtuel. Après avoir choisi les armes et les sorts que son personnage pourra employer, la partie commence. Le contrôle de l’avatar s’effectue grâce aux gestes effectués au-dessus de la Leap Motion : les déplacements se font avec la main gauche (main vers le bas pour avancer, sur les côtés pour tourner) et l’utilisation de l’arme et des sorts se fait avec la main droite (fermer la main pour tirer, la lever pour changer d’arme).

 

 

 

 

La seconde équipe a proposé « The Bug », un jeu de combat spatial où s’affrontent des croiseurs. Les croiseurs sont accompagnés de droïdes, dont le comportement est géré par une intelligence artificielle. Dans l’espace de jeu se trouvent des astéroïdes qu’il faut éviter, ainsi que des bonus qui apportent des fonctionnalités temporaires (invisibilité, accélération, etc.). Ici encore, le contrôle des vaisseaux s’effectue grâce à des gestes opérés au-dessus de la Leap Motion.

 

Le bilan, à l’issue de ces projets, est très bon. On connaît l’intérêt pédagogique des projets dans l’apprentissage de l’informatique. Or les projets intégrateurs apportent de nouvelles dimensions, tant en termes d’apprentissage de l’informatique, que sur des aspects plus transversaux, notamment pour la communication et la gestion de projet.

 

Ces constats positifs ont d’ailleurs guidé la décision d’inclure également un projet intégrateur dans le parcours de licence non-CMI, dès la rentrée 2018.

Recherche

Menu principal

Haut de page