Le billet du président

Le réseau Figure est né il y a 6 ans, à l’initiative de Robert Chabbal (ex directeur général du CNRS) quelques années auparavant. Le titre du rapport AERES 2010 « Formation universitaire au métier d’ingénieur » en caractérise pleinement l’objet. Il s’agit de faire des masters de nos universités un fleuron de leur offre de formation, porté par la recherche de haut niveau, tourné vers le monde socio-économique et vers l’international. Ces masters ont une colonne vertébrale scientifique affirmée, et font aussi la part belle à l’« ouverture sociétale, économique et culturelle ». De nombreux projets et stages émaillent le cursus de chaque étudiant, des pédagogiques innovantes sont mises en oeuvre de la 1re à la 5e année. Enfin, l’exigence de qualité est omniprésente, tant pour ce qui concerne la formation elle-même que pour le niveau et la motivation des étudiants sélectionnés.

Le réseau est aujourd’hui à un tournant pour son existence. 28 universités et 107 CMI le composent. C’est un vrai succès de déploiement national d’une vision qui était au stade du concept en 2010. Mais de nombreux CMI ont des effectifs qui doivent croître significativement pour être viables. Dans plusieurs établissements, le positionnement des CMI reste à être intégré fortement à la politique globale de rénovation des formations à l’occasion du changement de contrats pluriannuels. Au regard de la jeunesse même du réseau, les toutes premières cohortes d’étudiants ne sont diplômées que depuis 1 an. Tout reste à construire quant au suivi et au déploiement de l’insertion de nos diplômés. Enfin, que ce soit un niveau institutionnel ou socio-économique, les CMI doivent se faire connaître mieux et plus chaque année.

Actuellement, depuis avril 2012, le réseau est porté institutionnellement (CGI) et financièrement par l’IDEFI CMI-Figure, à hauteur de 10 M€. C’est un montant qui, s’il est divisé par le nombre d’universités (28) et le nombre d’années (8) peut paraître faible, mais qui a été et est toujours un formidable levier de financement des initiatives locales en matière de création de CMI et pour le pilotage central du réseau, et ce jusqu’en 2019-2020. Pour bénéficier à moyen terme d’un tel levier, le réseau Figure a candidaté au programme « Nouveaux cursus universitaires » du « Programme d’investissements d’avenir 3 », pour la période 2018 – 2028. Les résultats de cette candidature devraient être connus avant la fin de l’année 2017.

Mais quel que soit le résultat de cette candidature, le réseau se doit, pour négocier d’autant mieux les tournants précités, d’avoir une ligne directrice forte pour son développement à moyen terme. Cette ligne a été affinée, développée autour de la réflexion concernant le PIA3, mais elle a vocation à en être indépendante. Elle se décline aujourd’hui en 4 items principaux : inflexion majeure du réseau vers la création de CMI prioritairement dans le domaine de l’ingénierie de services ; mise en place d’un niveau de formation (licence) pour cadres intermédiaires ou assistants-ingénieurs ; ouverture de l’accréditation à l’international ; renforcement de la démarche qualité/accréditation conforme aux standards européens.

Pour conclure, le réseau Figure est à présent largement installé dans le paysage national. Mais il est jeune, et a la fragilité de sa jeunesse. C’est localement l’appui des équipes présidentielles des universités, le dynamisme des équipes pédagogiques, l’implication personnelle de chaque enseignant, c’est nationalement le développement d’une stratégie ambitieuse à long terme, l’efficacité de la gouvernance globale, l’exigence d’une qualité de formation qui feront de notre réseau d’établissements partenaires le porteur d’une ambition : participer pleinement à la modernisation de nos universités pour former les ingénieurs scientifiques experts dont notre pays a besoin pour demeurer à un haut niveau d’industrialisation et d’innovation dans un monde où les enjeux géopolitiques, sociétaux et climatiques ne sont rien moins que les déterminants de la société que nous transmettrons aux générations à venir.

Yves BERTRAND
Octobre 2017

Recherche

Menu principal

Haut de page