OSEC

Considérant les rapides évolutions sociétales, l’ingénieur, qui jusqu’à présent organisait, rationalisait et solutionnait les problèmes, doit aujourd’hui également savoir faire preuve d’innovation, savoir gérer le changement et insuffler chez ses équipes une dynamique de coopération et d’implication.

Il existe par conséquent un large consensus sur la nécessité d’une formation incluant des dimensions éthiques, sociétales, économiques et culturelles indispensables pour former un futur ingénieur performant et épanoui.

Atteindre ces objectifs à travers un programme de formation est nécessairement complexe et pluridisciplinaire. Il doit s’articuler de manière cohérente aux autres enseignements et notamment aux AMS (stages et projets). Le programme d’OSEC des CMIs est établi sur 5 ans de cursus pour tenir compte de la maturité et de la motivation, tant académiques que personnelles de l’étudiant face à son projet professionnel, aux enseignements et AMS qui lui sont proposés.

 

Ce programme s’organise autour de trois composantes :

Les langues
Le label CMI sera attribué aux étudiants ayant obtenu le niveau B2 « utilisateur indépendant- avancé » (ex. CLES 2) en anglais et, de manière plus facultative, une attestation de niveau concernant la deuxième langue.

L’anglais est essentiel car le partage de la technologie et la collaboration scientifique entre les pays nécessitent une voie de communication entre les scientifiques et les ingénieurs. Il conditionne la mobilité des étudiants, leur employabilité puis leur évolution de carrière.

Le développement personnel
Il s’agit d’une formation en soi, sur laquelle beaucoup d’Universités mettent de plus en plus l’accent, déclinée comme suit :

Du fait de la diversité des enseignements possibles sur les deux derniers items, chaque université, en fonction de sa culture et de sa stratégie pédagogique, va privilégier un thème intégrateur et des modes d’enseignement promouvant les valeurs qu’elle souhaite voir porter par ses formations et l’ensemble du corps professoral.

La préparation de l’étudiant à son rôle de cadre d’entreprise

L’ingénieur doit avoir une vision globale de l’entreprise qui lui permette d’y jouer le rôle majeur que l’on doit en attendre. Certes, il ne l’acquerra vraiment qu’après des années d’expérience professionnelle, mais ses études doivent impérativement l’y préparer, par les apports suivants :

  •  connaissances internes : la sociologie de l’entreprise, sa culture, la diversité des acteurs avec lesquels l’ingénieur devra interagir : les financiers, les commerciaux, les contrôleurs de gestion… les chercheurs. D’où l’apprentissage de la dynamique des groupes, des règles et des types de communication interne (les codes) ;
  • connaissance de l’environnement de l’entreprise : les relations avec les fournisseurs, les sous-traitants, les clients, la veille économique des marchés, les paramètres géopolitiques qui les influencent, les tendances lourdes telles que le développement durable, … ;
  • sensibilisation à l’entrepreneuriat, qu’il s’agisse de la création ou de la reprise d’une entreprise, de goût de la gestion de projets innovants, … ;
  • connaissance des bases de la gestion des ressources dont l’entreprise a besoin pour prospérer, qu’elles soient financières, humaines, et évidemment techniques. En effet, la gestion constitue le socle et le langage commun aux professionnels quelles que soient leur spécialité et les fonctions qu’ils exercent.

 

Cette troisième composante du programme d’OSEC est bien cadrée et son contenu doit peu varier d’un CMI à l’autre. Son affichage constituera une image de marque des CMIs. Cette composante est structurée autour de quatre axes d’enseignement clairement identifiés et d’un axe transversal :

  • management et gestion des ressources humaines ;
  • management des ressources financières dans et pour l’entreprise ;
  • management des ressources technologiques ;
  • organisation et vie des entreprises ;
  • conduite de projet (axe transversal).

A découvrir dans cette rubrique