Impact de la Recherche sur la formation

I- Impact de la Recherche sur la formation


La symbiose entre l’enseignement et la recherche constitue la base même de l’enseignement supérieur. Au niveau le plus avancé celui du Master 2, c’est bien ce qui se pratique, les enseignements de Master étant adossés aux spécialités de la recherche menée dans l’établissement. Mais c’est loin d’être le cas dans les enseignements de Licence où l’on assiste dans le cas le plus général à une dichotomie entre l’enseignement et la recherche. Or la formation doit être considérée comme un ensemble cohérent qui, du premier jour jusqu’au diplôme final, construit la compétence du diplômé, tant au plan des connaissances qu’à celui des aptitudes (compétences transversales).

La mise en place du cursus d’ingénierie va donner l’occasion d’introduire un faisceau d’initiatives qui renforcerait considérablement le lien formation recherche tout au long des études.

1. Conférences et visites du centre de recherche

Les étudiants doivent percevoir qu’ils font leurs études au sein d’un grand centre de recherche ou en tout cas à son contact immédiat. Ceci peut être notamment obtenu par une information récurrente, par exemple au rythme d’une conférence par mois, où les responsables des laboratoires locaux viennent successivement expliquer les travaux de recherche réalisés au sein de leurs équipes et les applications qui en découlent.
Les conférences peuvent ponctuellement s’étendre aux autres domaines de l’université (médecine, l’histoire…) dans un objectif d’ouverture.
Quelques « portes ouvertes » des laboratoires viennent illustrer ces conférences.
Ceci implique, bien entendu, un effort pédagogique de la part des intervenants pour se mettre au niveau des étudiants (notamment en L1 et même en L2 et L3)
L’assistance à ces conférences doit être obligatoire et faire l’objet d’une évaluation. Par exemple, un cycle de 2 ou 3 conférences peut conduire à la rédaction d’une synthèse.

2. Plateformes technologiques


Dans le cadre du CMI, le centre de recherche met à disposition, sous certaines conditions, ses plateformes technologiques et le personnel technique associé dans le cadre des projets et stages. Cela permet aux étudiants d’acquérir les compétences nécessaires à l’emploi d’équipements sophistiqués. Ces compétences peuvent d’ailleurs être formalisées à travers des qualifications appropriées (par exemple avec 3 niveaux allant de la participation à une expérience à la responsabilité d’une équipe mettant en œuvre un équipement de recherche sophistiqué). Bien entendu ces qualifications devront être notées dans le livret de compétences de l’étudiant.
L’utilisation des plateformes technologiques des laboratoires par les étudiants constitue un des facteurs de rapprochement de la formation et de la recherche, ce qui est au cœur de l’image de marque des CMIs.

3. Le rôle essentiel des chercheurs du laboratoire associé (enseignants chercheurs, chercheurs à temps pleins, doctorants et post-docs)


Un des objectifs du CMI consiste à transmettre aux étudiants les qualités et compétences développées par l’exercice de la recherche, notamment la rigueur, le travail en équipe, la prise de risque, l’exploitation raisonnée de la bibliographie et des bases de données, la créativité et l’esprit d’innovation. À cet effet rien ne vaut, on le sait depuis longtemps, le contact personnel dans le cadre d’un projet (et pas simplement d’un projet de thèse), d’où :
– l’engagement du laboratoire à mobiliser ses ressources pour cet encadrement : conception des projets, leur mise en oeuvre, leur suivi.
– aussi l’encadrement d’un «projet de recherche documentaire» destiné à l’apprentissage de la collecte d’informations et de données par la bibliographie, la consultation des bases et le tri des informations.
– enfin, mais seulement pour un certain nombre d’étudiants, l’encadrement d’un véritable projet de recherche (cf.II.1.4.)

4. Fréquentation du laboratoire


Il faut distinguer l’immersion dans les laboratoires et sa simple fréquentation. Par immersion, on entend une expérience de vie dans un laboratoire, par exemple par la mise en œuvre d’un véritable projet de recherche, ou par l’utilisation d’un équipement pointu pour une série de mesures. Pour tentantes que soient de telles formules, il faut réaliser qu’il s’agit là d’une expérience nouvelle pour l’étudiant. Elle pourrait être proposée à des étudiants à partir du L3. En revanche, il est souhaitable que les divers projets mentionnés plus haut se déroulent dans des pièces du laboratoire pour que l’étudiant prenne conscience du contexte dans lequel il fait ses études.

II – HYPOTHESES DE REPARTITION DES PROJETS ET STAGES


Voici une hypothèse, indicative, mais qui fixe des seuils sur la durée et les ECTS. Il est cependant vivement recommandé que le stage de motivation et le projet « documentaire » aient lieu en L1 et/ou L2.

A télécharger

Recherche

Menu principal

Haut de page