Un partenariat pour la recherche avec PSA

Le 19 mai, la région Bourgogne-Franche-Comté et l’institut FEMTO-ST (par l’intermédiaire de ses établissements de tutelle) ont signé une convention de partenariat avec le groupe PSA Peugeot Citroën. Les futures collaborations concernent avant tout la recherche et le transfert de technologies, mais aussi les formations.

psa_ouest_4

L’institut FEMTO-ST, qui est l’un des plus gros laboratoires français spécialisés dans les sciences pour l’ingénieur, travaillait déjà avec le groupe PSA dans le cadre de différents projets de recherche. Ces collaborations vont être renforcées grâce à la signature d’une convention de partenariat impliquant également la région Bourgogne Franche-Comté et les différentes tutelles de l’institut FEMTO-ST, à savoir : l’université de Franche-Comté (UFC), l’université technologique Belfort-Montbéliard (UTBM), l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (ENSMM) et le centre national de la recherche scientifique (CNRS).

« Ceci répond à notre ambition de développer des liens forts entre l’université et les entreprises et d’accroître notre visibilité internationale » a déclaré Jacques Bahi, président de l’UFC, lors du discours qu’il a prononcé avant la signature de cet accord, le jeudi 19 mai, sur le site PSA de Sochaux. Il s’agit en effet à la fois d’entériner un partenariat local dont l’objectif est d’accroître le développement socio-économique territorial, mais aussi de bénéficier de la visibilité internationale d’un grand groupe industriel.

Les thématiques de recherche concernées sont relatives aux transports et à la mobilité, ce qui recouvre en réalité une vaste étendue de sujets : des réseaux de capteurs au contrôle vibro-acoustique en passant par les moteurs thermiques, la pile à combustible, les systèmes hybrides et la co-génération d’énergie… autant de domaines dans lesquels les chercheurs de l’institut FEMTO-ST ont développé des compétences pointues. La convention distingue trois grands axes de recherche qui s’intitulent respectivement : « systèmes intelligents et embarqués », « formes non conventionnelles de convertisseur d’énergie pour les systèmes de mobilité » et « la mobilité durable dans les cités intelligentes », ce dernier thème impliquant d’ailleurs une contribution des sciences humaines et sociales.

Ce partenariat va être mis en oeuvre à travers des contrats de recherche, le montage de projets conjoints, le financement de doctorants ou encore l’accès à certains équipements. L’objectif est bien entendu de valoriser les résultats de ces recherches par le développement d’applications industrielles concrètes, qui pourront éventuellement passer par la création de sociétés start up.

La convention prévoit également un soutien aux formations universitaires et en particulier aux masters, cursus de master en ingénierie (CMI) et diplômes d’ingénieur. Des membres du groupe PSA auront l’occasion d’intervenir dans le cadre de certains cours et pourront bénéficier de modules de formation continue sur mesure.

Ce partenariat entre plusieurs établissements d’enseignement supérieur, une région et un grand groupe international est une première. S’il concerne à l’heure actuelle principalement la recherche franc-comtoise, il pourrait rapidement s’étendre à la Bourgogne, d’autant plus qu’il s’inscrit tout à fait dans l’esprit du projet I-Site1 porté par la Comue UBFC2 et financé dans le cadre des programmes d’investissement d’avenir (PIA).

Recherche

Menu principal

Haut de page